Imprimer

Médiations en santé pour les Sourds

« Médiations en santé pour les Sourds » est un projet de recherche appliqué financé par la fondation Malakoff Humanis handicap. Lancée par L’Unité d’Accueil et de Soins pour les Sourds du CHU de Toulouse et la SCOP Interpretis, cette initiative vise à améliorer la relation entre les professionnels de santé et les patients sourds qui pratiquent la langue des signes française (LSF) à travers l’étude des différentes médiations qui soutiennent cette relation.

En effet, l’amélioration de la relation de soins constitue non seulement un enjeu de santé publique important, mais s’articule également étroitement à des questions de droits. Le droit linguistique, qui donne le choix de la langue de communication au patient. Le droit à la pleine participation à l’échange et le droit à l’autonomie individuelle puisque la langue crée les conditions d’un échange égalitaire où l’on octroie au patient la capacité d’effectuer un choix éclairé sur des questions qui le concernent.

Le projet « médiations en santé pour les sourds » s’inscrit dans une démarche innovante de formalisation des pratiques à des fins pédagogiques et de sensibilisation. Il contribue notamment à la mise en test et à l’amélioration d’un dispositif de simulation à destination des professionnels et futurs professionnels impliqués dans le parcours de soins.

Participatif, il implique soignants, patients sourds, intermédiateurs et/ou interprètes.

Les intermédiateurs sont des professionnels sourds qui font de la médiation culturelle et linguistique. Leur rôle est complémentaire à celui des interprètes. Ces derniers sont des « passeurs linguistiques » dont la déontologie prescrit la neutralité et la fidélité au message, ce qui dans certaines situations ne suffit pas à assurer l’intercompréhension.

Dans le cas d’une consultation médicale avec une personne sourde, certains malentendus peuvent survenir et nuire à la qualité de l’échange et donc à la qualité du soin. L’interprète, même s’il constate le malentendu, ne peut, de par sa déontologie, intervenir. L’intermédiateur prend alors le relais. Lors de l’annonce d’un diagnostic, la phrase « vous avez été testé positif… » peut par exemple être mal comprise par le patient sourd qui peut penser qu’on lui annonce une bonne nouvelle (c’est positif). De même, plusieurs termes techniques du domaine médical peuvent ne pas être compris par les patients sourds ce qui occasionne des erreurs dans la prise du traitement ou des décisions mal éclairées. Les intermédiateurs qui travaillent en binôme avec les interprètes peuvent à tout moment interrompre l’échange, demander au patient s’il a bien compris, reformuler les informations, dessiner les termes anatomiques, etc. Grâce à ces différentes techniques, ils préviennent les malentendus.

Partant de ces constats, ce projet en démarrage prévoit :

  • La réalisation d’une enquête qualitative basée sur l’observation de consultations médicales filmées et l’analyse de ces situations réelles.
  • La création d’un répertoire de situations de consultations à partir de l’analyse de ces « retours de pratiques » afin d’alimenter le dispositif de simulations.
  • La production de supports pédagogiques pour les futurs interprètes et intermédiateurs.
  • L’édition d’une boîte à outils d’informations à destination des professionnels et futurs professionnels de santé.
  • La mise en ligne de ces outils et supports.

Mise en ligne le 15/06/2021

Mediations-en-sante-pour-les-Sourds-image
«
Médiations en santé pour les Sourds est un projet de recherche appliqué financé par la fondation Malakoff Humanis handicap.

 L’Unité d’accueil et de soins pour les sourds (UASS) du CHU de Toulouse et la SCOP Interpretis en quelques mots :

L’UASS du CHU de Toulouse est animée par une équipe pluridisciplinaire bilingue français/LSF composée de professionnels sourds et entendants. Ils accueillent entre 700 et 900 patients par an pour des consultations en langue des signes. Créé en 2003 par le docteur Laetitia ESMAN, l’UASS facilite l’accès aux soins des personnes sourdes grâce à la présence d’interprètes et de l’intermédiatrice sourde Céline ROY.

Interpretis est une coopérative d’interprètes créée en 1999 à Toulouse dont l’activité principale est l’interprétation français/LSF. La structure intervient également dans la formation des futurs interprètes. Mélanie HENAULT-TESSIER, sociologue, chercheuse associée au LERASS, Université Toulouse Jean Jaurès et chargée d’études au sein d’Interpretis, coordonne le projet « médiations en santé pour les sourds ».

Pour en savoir plus :

logo_CHU-TOULOUSE chu-toulouse.fr

 

logo_INTERPRETIS interpretis.fr